© Ville de Montauban

Église Saint‑Jacques

lieu de culte rempli d'histoires
Située dans le centre historique et emblème de résistance, elle conserve un charme désuet et reste un lieu privilégié dans le cœur des Montalbanais.
Son clocher pointe vers le ciel et nous attire avant même de passer le Pont Vieux, depuis les quais de Villebourbon de l’autre côté du Tarn.
Approchez vous et admirez en façade la mosaïque colorée de La Vision. Si vous levez les yeux, découvrez les stigmates des Guerres de Religion, avec des impacts de boulets de canon bien visibles !

Berceau des 400 coups

L’église Saint-Jacques devient le siège d’une véritable « religion civile ». Les consuls y sont élus et les décisions importantes de la cité prises. Lors des guerres de Religion, l’église est transformée en position fortifiée. Durant les 4 mois de siège par les troupes de Louis XVIII en 1621, Montauban résiste au roi. C’est depuis, que l’église porte les traces des boulets de canon.

En 1629, le cardinal de Richelieu y célèbre un Te Deum pour la victoire de Louis XIII.

Le saviez-vous ?

Du premier édifice il ne reste aucun témoignage. L’église trouve ses origines dès la fondation de Montauban.

Sa présence est attestée en 1147 par un don du chevalier Pierre de Penne à l’abbaye de Saint-Théodard. Son plan devait être relativement simple : une nef unique, rectangulaire, à chevet plat.

Le bâtiment est reconstruit à partir de 1241 et agrandit dans la limite disponible dans le maillage urbain, ce qui explique la proximité de l’église avec le reste des habitations.

Elle présente une vaste nef unique de cinq travées droites, close par une abside à sept pans.