© Ville de Montauban

Cathédrale Notre‑Dame de l'Assomption

située au point culminant de la ville
Quel est ce grand toit vert que l’on aperçoit au loin dès notre arrivée à Montauban ?
Une bonne raison de rejoindre le centre historique, pour en découvrir les secrets.

Un peu d'histoire

Point culminant du centre ancien, la voilà, monumentale, perchée en haut des grandes marches. Ses lignes classiques et la blancheur de ses pierres, tranchent avec les maisons de briques alentours. Les quatre imposantes statues des évangélistes, posent leurs regards sur vous, du haut de la façade. La vocation de pouvoir du monument, est intacte. Engouffrez-vous dans l’antre de cette grande dame à l’âme chargée.

Dès l’entrée, les 4 statues originales des évangélistes vous surprennent. La résonnance est céleste et la lumière épurée inonde l’immense espace d’une sobre douceur. La vaste nef est baignée de la lumière claire, qui pénètre sous les arcs parfaits des hautes fenêtres.

Pour les curieux

Ouvrez grand vos yeux. Parmi les œuvres conservées ici, la plus célèbre est la toile de Jean Auguste Dominique Ingres, « Le Vœu de Louis XIII ».

En 1820 le peintre, natif de Montauban, se voit commander par l’État cet imposant tableau, destiné à orner la cathédrale. Le sujet n’est pas innocent : Louis XIII, souverain malheureux, obligé de lever le siège devant Montauban la rebelle, est ici représenté, offrant son royaume à la Vierge. Il faut alors plus de quatre années à Ingres, pour réaliser ce tableau. Et c’est Ingres lui-même qui l’installe dans la cathédrale en 1826 !

Le saviez-vous ?

C’est en 1685, au terme des guerres de Religion, que Louis XIV décide de faire construire cette gigantesque cathédrale pour affirmer son autorité.

Après une récolte de fonds, l’emplacement est choisi en 1691 sur la place des Monges. Plusieurs îlots de maisons sont rasés pour accueillir ce nouvel édifice, positionné sur le point culminant de la cité. Longue de 87 m et large de 38m au transept, la blanche Cathédrale trône éternellement sur la ville rose.