Hôtel de Solinhac

à Montauban

Hôtel particulier de Solinhac
Hôtel particulier de Solinhac
Hôtel particulier de Solinhac
  • Au XVIIe siècle, Jacques de Solinhac, riche entrepreneur en teinturerie, fait élever son hôtel au débouché du pont Vieux, sur les vestiges de l'ancienne église médiévale de Saint-Orens, détruite lors d'une crue du Tarn. La construction de l'édifice est achevée par son fils Antoine, en 1658, date que l'on retrouve inscrite sur l'agrafe du portail.
    Le bâtiment adopte le plan classique de l'hôtel particulier : un corps de logis relié à deux ailes latérales enserrant une cour fermée par un mur et par une porte cochère. Dans la cour, ici très exiguë (en raison de l'étroitesse de la parcelle sur laquelle l'hôtel est construit), des trompes d'angle soutiennent, de chaque côté, des pans coupés reliant les ailes au corps principal. L'accès aux étages se fait par un escalier situé dans l'aile droite.
    Une passerelle, construite au XIXe siècle, permet d'accéder directement au premier étage depuis la rampe d'accès du pont.
    Les dépendances de l'hôtel (granges et écuries) se trouvaient le long de la muraille du pont Vieux ; on remarque encore les traces des ouvertures.
    Côté quai, le premier étage est souligné par un balcon que soutiennent de grandes consoles.