-A +A

Les hôtels particuliers

Les hôtels particuliers de Montaluban

Plus de 80 hôtels particuliers dans la ville de Montauban

Au XVIIe siècle, Montauban est une capitale régionale. L'intendance, représentante du pouvoir royal, et la Cour des aides, chargée de juger les affaires financières et fiscales, s'établissent dans la cité, suscitant l'arrivée d'une noblesse de robe bâtisseuse d'hôtels. Sont également les commanditaires d'habitations remarquables, de nombreux bourgeois, de professions très diverses : avocats, négociants, industriels dans le domaine du textile. Tous remodèlent la ville et lui donnent son visage classique, encore perceptible aujourd'hui.

Il est difficile d'évaluer le nombre d'hôtels particuliers construits dans la cité aux XVIIe et XVIIIe siècles mais l'inventaire, commencé à la fin de l'année 2008, révèle plus de 80 hôtels ayant survécu aux impitoyables transformations urbaines. Le nombre d'édifices repérés à Montauban montre bien la richesse et la puissance économique de la ville sous l'Ancien Régime, si l'on se réfère aux recherches de l'historien de l'art Alexandre Gady, spécialiste de la question, qui estime qu'il subsiste près de 500 hôtels particuliers à Paris que la capitale en comptait plus de 2 000 au Grand Siècle.

Pour appréhender la notion d'"hôtel particulier" il faut se confronter à l'ambiguïté du sens d'hôtel, terme qui désigne une réalité complexe et fluctuante. Dès le Moyen Age, le terme, rattaché à la notion de pouvoir, désigne les édifices à caractère public tels que l'hôtel-Dieu ou l'hôtel de ville. Dans le même temps, l'hôtel est également "une maison de qualité par ses occupants comme par son architecture". Par la suite, le terme s'affaiblit et est employé pour désigner l'édifice qui loge des voyageurs.

Ce n'est qu'au cours du XIXe siècle, en plein développement du tourisme, que naît l'expression hôtel particulier. En effet, il devient nécessaire de distinguer la belle demeure privée des hôtels de voyageurs de plus en plus nombreux dans les villes. L'hôtel est donc une résidence urbaine de qualité. Son caractère "particulier" sous-entend qu'elle abrite un seul propriétaire. C'est l'habitation d'un notable qui peut être noble, bourgeois ou écclésiastique.

Les hôtels peuvent être désignés par le nom du propriétaire mais très peu de ces demeures sont restées dans la même famille. À Montauban comme ailleurs chacune de ces maisons est connue sous différents patronymes. Souvent, une de ces dénominations s'impose par tradition orale et se transmet de génération en génération.